New York

Après 2 jours à New York, on commence à peine à mesurer l’ampleur de cette cité et le nombre de choses et d’endroits exceptionnels que l’on peut y voir. En plus, on ne va certainement même pas sortir de Manhattan. Déjà le métro est une aventure, On n’a jamais vu une ville avec autant de lignes. Il y a parfois trois lignes sur la même voie, des directs  qui passent au milieu des gares, des " shuttles" qui vous mènent directement d’un endroit à un autre. Les stations sont différentes selon que vous allez "down town" ou up "town" il faut choisir sa destination dans la rue. Le New-Yorkais sont des gens ouverts, sympas, polis et courtois. Ici, on ne s’énerve pas, on s’explique ou on vous explique.

Moment assez émouvant ; la visite de grounds 0 autrement dit le monument  911, vous l’aurez compris il s’agit du 11 septembre 2001. D’une tragédie qui a mis fin à une époque et qui a marqué la planète entière, les américains  ont en fait une renaissance, un phénix. De leurs cendres est sorti le nouveau World Trade center. Magnifique, extraordinaire, vous le reconnaitrez sur les photos, c’est le plus beau gratte-ciel de New York. Ses faces donnent l’impression de triangles dont les pointes transpercent le ciel. Il est partout. C’est l’avènement de l’âge du verre. Par-delà les magnifiques tours en marbre ou béton  du 19ème et 20 ème siècle, les tours du 21ème siècle, toujours plus hautes, plus fines, plus élancées, plus belles transpercent le ciel. On est loin, très loin des centaines de tours d’habitations chinoises, sans consistances, que nous avons vu pousser par centaines, de façon complétement mégalo et anarchique, un peu partout  lors de notre périple en chine.

 Sur les emplacements des tours jumelles, seules subsistent  les empreintes creusées dans le sol. Tout autour les noms des 2700 victimes sont inscrites et un rideau d’eau s’écoule sens fin formant des effets magiques en fonction du vent. Au centre du rectangle, dix mètres plus bas, l’eau coule dans un petit rectangle, dont on ne voit pas le fond. Cela donne une impression de vide, en fait c’est plus qu’une impression, c’est le vide laissé par ceux qui n’avaient rien de mieux à offrir que leurs propres démons.

 Comme vous le verrez sur le 2ème diaporama, nous avons fait une excursion en bateau taxi tout autour de Manhattan. Lors de ce voyage, nous avons eu la chance de voir le président Obama  et sa suite d’hélicoptères de combat, arriver dans le ciel avec son hélico " air force one" pour rendre visite à ses copains présidents à l’ONU. Au dehors 300'000 personnes manifestaient pour dire à tous ces élus à quel point il faudrait tenir compte du réchauffement planétaire. On peut toujours rêver que l’on vit dans un monde où l’argent a cessé d’être le moteur qui fait tourner la planète plutôt que  faire tourner la tête de ceux qui aimeraient avant tout être les plus riches du cimetière, même si cela est au détriment de leurs propres descendants. C’est clair que s’est pas gagné.

Nous sommes dans une ville mythique est cela se sent. On en profite au maximum.

New York vue de l'intérieur...

2.jpg
2.jpg

11.jpg
11.jpg

28.jpg
28.jpg

2.jpg
2.jpg

1/55

Cliquez sur les images pour agrandir le diaporama et voir les photos en entier.

New York vue de l'extérieur.....

3.jpg
3.jpg

4.jpg
4.jpg

64.jpg
64.jpg

3.jpg
3.jpg

1/47

Le musée of modern art

(MoMA)

Histoire de se cultiver un peu, nous sommes allez visiter ce musée  qui regroupe des oeuvres aussi extraordinaires les unes que les autres. On passe de Monet, Manet, Matisse, Picasso, Dali, Brake, Magritte, Chagall,  Lautrec, et bien d'autres artistes exeptionnels. Les voici dans la limite de nos appareils photos et des verres blindés qui souvent  protègent les oeuvres.

1a.jpg
1a.jpg

2a.jpg
2a.jpg

44a_edited.jpg
44a_edited.jpg

1a.jpg
1a.jpg

1/39

Cliquez sur les images pour agrandir le diaporama et voir les photos en entier.

Demain 27 septembre, nous embarquons sur le Queen Mary II pour la traversée de l'Atlantique. Le voyage durera 7 jours. Compte tenu du prix exorbitant que la Cunard vend l'heure d'internet (30$) se sera certainement le silence radio durant ce périple.

Rendez-vous donc à Londres le 4 octobre........

Queen Mary II

 

La croisière abuse ou la danse de la  Cunard

 

 

Le plus grand, le plus luxueux, le plus prestigieux, le plus beau, le plus extraordinaire. La compagnie maritime Cunard, propriétaire du QM 2 ne mâche pas ses mots, quand il s’agit de qualifier son bateau fétiche. La compagnie vante tellement ce navire qu’on finirait presque par y croire.

 

Le fait est que c’est avant tout l’esprit "British" d’une époque révolue et à jamais enfouie dans les abysses de l’Atlantique, après que le Titanic eu incroyablement sombré corps et bien dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

 

Si cette croisière reste magnifique et le navire superbe, les aristocrates de 1912 ont laissé la place aux argentocrates de 2014. Le plus bizarre pour le commun des traveler’s, reste sans conteste le code vestimentaire exigé lors des soirées "formels" imposant par exemple : Smoking ou costume du soir noir/blanc  avec cravate stylée ou nœud papillon pour les messieurs et Robe de soirée ou tenue longue élégante pour les dames. Autrement dit, 3 soirs sur les 7 passés sur ce bateau, le restaurant  Britannia, le "grand" restaurant ou tout le monde mange le soir à sa table assignée, restera hors de portée de nos jeans et autres tee-shirts,  à cause de l’absence de cravates, costars et robes élégantes dans nos bagages. Le bateau passera donc de Cunard à Clownard mais ce n’est pas grave, nous nous rabattrons sur les pastas et pizzas du "Chef’s Galley" ou, moyennant 10$ de supplément par personne, les curry ou sushi du "King Court, spéciality à la carte, Lotus", les restaurants italien et asiatique du pont no 7. Ce qui m’énerve le plus c’est de me faire jeter d’un bar parce que je ne suis pas clowné en pingouin.

 

Malgré le prestigieux, élégant et luxueux claironné à tous vent, et malgré le fait indéniable que ce bateau formidable, démesuré, et impressionnant nous fait passer une  excellente traversée, pour l’instant, sur une mer calme et ensoleillée. Il  n’en demeure pas moins qu’on s’aperçoit que malgré les costars cravates et robes élégantes, les repas ne sont ni plus, ni moins bons que sur la plus part des autres compagnies maritimes qui nous ont accueilli à leur bord. Si la nourriture au grand restaurant est tout à fait variée et délicieuse, la nourriture du buffet self-service laisse un arrière-goût de tambouille de cantine, le tout dans une odeur de fish and Chips, qui nous semble-t-il n’a pas sa place à bord.

 

Côté service, rien à dire. Les serveurs, essentiellement Philippins, sont très stylés et très bien formés. Si les Philippins sont des gens très agréables et sympas, ce n’est pas pour ces raisons qu’ils servent sur ce navire. Vous l’aurez compris, c’est évidement parce qu’ils sont les moins chers du marché. Il faut dire que c’est quand même nous qui les payons, pas grâce au prix du billet, mais  grâce aux tips (pourboires) de 11.50$ par jour et par personne, que l’on nous impose et qui sont prélevés directement sur nos cartes de crédit à la fin de la croisière. On a calculé que cela faisait (en US$) : 11.50$ x 7 jours = 80.50 $  x 2620 passagers = 209'300 $ par semaine, divisé par 1300 équipiers = 161 $ fois 4 semaines = 644 $ par membre d’équipage et par mois, soit environ 585 fr.

Il faut encore ajouter à cela les tips facultatifs que vous pouvez ajouter à chaque fois que vous commandez quelque chose de payant (c’est-à-dire pratiquement tout) et qu’on vous fait signer la facture.

On ne pense pas que ces bravent  travailleurs, à part les officiers et les cadres, gagnent beaucoup plus que cette somme par mois, sachant qu’ils sont évidemment nourris et logés. On sait que sur certaines compagnies, ils doivent acheter leurs costumes de travail, on ne sait pas si c’est le cas à la Cunard.

 Pour finir, il faut savoir que le prix par personne pour le voyage de 7 jours New York  Londres à la période où nous l’avons fait, est de 1623 $ pour la moins chère des cabines intérieures, 1880 $ pour une cabine moyenne extérieure avec balcon Loggia et 5300 $ pour la plus chère des suites en duplex. A ces prix il faut rajouter  les tips, les boissons, et  tout ce que vous acheté sur le bateau. Encore une petite précision, lors de notre croisière le bateau est annoncé comme étant complet.

Pour finir je citerai Pascale qui me disait tout à l’heure : Quand même, ils se la pètent grave sur ce bateau. Ce n’est peut-être pas très intellectuel, mais cela résume bien " l’esprit Cunard"

 

 

Après 3 jours……

 

Les sentiments qui prédominent après 3 nuits passées à bord sont l’exaspération, la colère et l’impression de ne pas être à notre place sur ce rafiot. On se rend compte que nous n’avons absolument rien de commun avec les pingouins endimanchés qui nous entourent. Ils pètent tellement plus haut que leur cul que ça sent bon dans tout le bateau.

 

  Cette compagnie est immensément imbue d’elle-même, elle vous rabâche si souvent qu’elle est la meilleure, qu’ on frise le Lavage de cerveau. Sur Costa ils étaient plus coule heu pardon, cool, prêt à tout pour satisfaire les clients ou l’équipage, même jusqu’ à aller avec le bateau saluer la grand-maman du 3ème officier tout prêt du bord…..

 

Hier, je n’ai pas pu aller manger dans le grand restaurant parce que je n’avais pas de veste. Pourtant ce n’était pas une soirée "formal" et je l’ai d’ailleurs pris "fort mal" Moi qui  me suis fendu d’une chemise Desigual à 99$ à New York.  Mais c’est insuffisant pour être accepté dans la plus belle salle de restaurant du monde et manger la meilleure cuisine du monde dans la plus belle vaisselle du monde et servie par le meilleur personnel du monde.  Malgré notre billet payé plein pot, on a dû se replié pour la 2ème fois consécutive sur les meilleures pâtes et  pizzas du monde, très bonnes au demeurant.

 

Après 6 jours…

 

 A la veille de débarquer, on est content d’arriver. Au final cela ne s’est pas trop mal passé. Hier, moyennant un supplément de 10$ par personne, on est allé manger au resto indien. Comme on est végétarien, le chef nous a concocté un menu spécial très bien et très bon.

Ce soir, comme le premier soir, c’est une soirée plutôt décontractée. Pas parce que le capitaine c’est soudain rendu compte qu’on était au 21ème siècle et qu’il fallait arrêter  avec ces conneries d’un autre âge, mais uniquement parce que les pingouins ont rangés leurs beaux costumes dans leurs valises et déposés les dites valises dans le corridor, devant la porte de leur  cabine. Dommage, ils auraient pu organiser une soirée "mousse" et à 21h tout le monde à poil dans la piscine !! On se tient par les hanches et on entonne la danse de la Cunard !!  Mais, il n’y a pas de mousses ici, mais que des marins confirmés.

D’ailleurs, cela me fait penser à ce que me le faisait remarquer tout à l’heure, une passagère française avec qui nous avons sympathisé : Ici, il n’y a pas de noirs, pas de chinois, pas de musulmans, le standard est blanc, chrétien bcbg. Tout ce beau monde est bien sûr servi par une armée de Philippins qui, une fois leur turbin fini, s’empressent de rejoindre les soutes. En tout cas on n'en voit pas se promener sur le pont ou boire un verre au bar après le boulot. Comme aurait pu dire Jacques Brel : Ces chez gens-là, Monsieur, on ne se mélange pas Monsieur, on ne se mélange pas.

 

Pour nous, côté débarquement, ce ne sera pas la même chose, car  nous avons demandé un "express disembarkation" C’est-à-dire qu’on part avant les autres en portant nos bagages (car les porteurs font la grasse matinée et ne travaillent pas à 7h30 du matin) pour passer la douane et rejoindre le bus direct pour Londres que nous avons réservé et qui devrait nous amener directement à notre hôtel.

2.jpg
2.jpg

3.jpg
3.jpg

16.jpg
16.jpg

2.jpg
2.jpg

1/67

Le retour

On fait l'impasse sur Londres et Paris, car se sont des villes que nous avions déjà visitées.

 

Comme prévu notre voyage  s'est terminé le 8 octobre à 1 5h 37. A notre arrivée à la gare de Lausanne,la surprise a été totale, car notre amie Ariane et les brigands du Jorat étaient sur le quai pour nous accueillir et trinquer au champagne pour fêter notre retour.

Nous avons été très touché par cet accueil chaleureux et formidable. Il ne nous reste plus qu'à assimiler le voyage fantastique que nous finissons aujourd'hui et cela risque de prendre du temps.............A bientôt pour de nouvelles aventures.................