La Thaïlande

De retour en Thaïlande, Cette fois nous commençons par le nord est.

 

La région de Surin, à côté du Cambodge, est célèbre pour ses magnifiques temples Khmers de style Angkorien. Ce sont eux qui ont motivé notre venue dans la région. Nous sommes à Surin, petite ville de 35'000 habitants pour quelques jours.

Nous avons retrouvé Gérard, notre ami de Normandie que nous avions rencontré sur l'ile de Don Khon au sud du Laos. Après quelques recherches, nous avons loué une voiture avec chauffeur pour 2 jours  et pour 50 fr. par jour . J'avoue que je ne me sentais pas prêt pour rouler à gauche. En effet, j'ai dû chercher pourquoi on roulait à gauche en Thaïlande, alors que le royaume  n'a jamais été colonisé par les anglais, ni par aucun autre pays d'ailleurs.

 

La réponse est qu' à défaut de pouvoir coloniser le royaume de Siam,  les anglais ont  développé des relations commerciales très tôt à partir de l'Inde et entre autre dans le domaine de l'automobile. Les anglais roulants à gauche, les Thaï ont dés lors fait de même.

les temples Khmers de la région de Surin

Nous avons visité les 4 plus importants temples de la région. Pour les amateurs nous vous mettons un lien avec toutes les explications historiques et pour les autres un diaporama du temple. Ces temples n'ont rien à envier aux temples d'Angkor. Ils sont tout aussi magnifiques et intéressants. Nous sommes à environ 250 km de Angkor et une route pavée les reliait à l'époque.

Le Prasat* de Phanom Rung

*Prasat = temple

Pour tout savoir sur ce temple, cliquez ici

Les images du temple

7 janvier.Voici déjà quelques images , la connexion internet n'est pas très bonne, je continuerai à Bangkok      à bientôt

P1060015_edited
P1060015_edited

P1060039_edited
P1060039_edited

P1060035
P1060035

P1060015_edited
P1060015_edited

1/25

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

Petite parenthèse.....

Lundi matin 8 janvier.

En fait, pas besoin d'attendre Bangkok pour continuer. On est dans le bus VIP pour Bangkok. C'est la grande classe: Wifi gratuite, siège ultra confortables avec coussinets pour les lombaires, reposes-pieds, repas et boisson. Le tout pour 12 fr. par personne, pour un voyage de 450 km et environ 6h de trajet. pas mal, ils sont forts les thaïlandais et ils savent vivre.

.... fermons la parenthèse.

Le Prasat de Muang Tham

Autre temple majeur de la région, le temple de Muang Tham.  Comme vous pourrez le constater en cliquant ici, ce temple, dédié au dieu Indou Shiva est difficile à dater à cause du style de ces lintaux. Il est très probablement du X ème & XI ème siècle. Dans tous les cas, c'est un monument extraordinaire qui nous a émerveillé.

P1060112
P1060112

P1060161
P1060161

P1110781
P1110781

P1060112
P1060112

1/26

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

En sortant du temple de Muang Tham............

.......une voiture de police s'arrête de l'autre côté de la route, et à notre grande surprise, trois policiers en sortent et viennent vers nous. Ils nous font comprendre qu'ils se  prendraient bien en photo avec nous. Les Thaï sont vraiment des gens super et accueillants.

Le Prasat de Phimai

Le Prasat de Phimai est peut-être le joyau de nos visites. Construit entre le XIème et XII éme siècle c'est un monument qui nous a impressionné. voici son histoire ICI

P1110852
P1110852

P1110853
P1110853

P1070104
P1070104

P1110852
P1110852

1/25

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

Petit rappel: les mots soulignés ici sont des liens qui vous amènent directement sur la page explicative

Entre 2 visites de temples, un Banian extraordinaire

A 2 km du temple de Pimai se trouve un arbre extraordinaire. Il s'agit d'un banian géant (ficus religiosa). C'est sous un arbre identique que le Bouddha a atteint l'illumination en 589 avant J-C. Pour en savoir plus sur cet arbre parasite qui étouffe un arbre-tuteur pour grandir et replanter ses racines aériennes, cliquez ici

Cet arbre à quelques 350 ans et figure au livre des records comme étant l'arbre qui a le plus de troncs. A lui tout seul, il couvre une surface de 3250 m2. C'est une forêt constituée d'un seul arbre. Où il y a le temple, c'est l'endroit où le premier tronc à poussé.

A noter également sur le diaporama ci-dessous, la "petite" bestiole qui s'est invitée sur notre voiture.....

P1070138
P1070138

P1110963_edited
P1110963_edited

P1110929
P1110929

P1070138
P1070138

1/10

Prasat Si Haoraphum

Dernier des temples Khmers visités lors de notre périple, ce petit temple nous a émerveillés par la beauté de ses sculptures sur les linteaux des portes.

Comme d'habitude, plutôt que de recopier des textes, voici le lien ici pour arriver à la page de Wikipédia concernant ce temple.

P1120034
P1120034

P1070231
P1070231

P1070186
P1070186

P1120034
P1120034

1/25

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

fin des 2 jours de visites en voiture et en compagnie de Gérard. Comme nous vous l'avons dit plus haut, cela fait 2 jours que nous sommes arrivés à Bangkok. Pour ceux qui connaissent, nous séjournons dans le cartier de Silom, près de la rivière. Pour changer, aujourd'hui 10 janvier il pleut des cordes. On prévoit aller visiter le musée et un marché. Nous avons choisi un super hôtel avec une petite piscine sur le toit. Comme nous avons une petite cuisine dans la chambre, on en profite pour se faire la popote.

Après demain on devrait retrouver Bastian.

le 14 janvier nous prenons le train de nuit pour Surat Thani, puis le bateau pour Ko Phangan. On va se poser 20 jours sur cette ile. La dernière fois que nous y étions passé, il y a 35 ans, nous avions fait du snorkeling (plongée avec masque et tuba) autour de l'ile. A l'époque, c'était une réserve naturel et on ne pouvait pas y rester pour la nuit. Il n'y avait d'ailleurs pas d'hôtels. Aujourd'hui, les choses ont changé et nous vous la ferons découvrir.

Bangkok

10 millions d'habitants soit 10% de la population de la Thaïlande, 7 millions de voitures dont plus de 100'000 taxis, soit 90% des véhicules du pays. Bangkok est une mégapole gigantesque et cosmopolite. Pour tout savoir sur cette ville qui passe allègrement de la dévotion du sexe à celle de la religion sans aucun complexe,cliquez ici

Pour commencer, notre hôtel dans le cartier de Silom, en plein centre, en passant par les rues animées, le plus grand marché d'Asie, le marché de Chatuchak, les canaux d'où l'on prend les Chao Phraya, sorte de bateaux bus qui vous déposent le long de la Chao Phraya river pour vous mener dans les principaux sites touristiques de la ville. En vrac et en images ci-dessous.

P1120056
P1120056

P1120077
P1120077

P1120320
P1120320

P1120056
P1120056

1/42

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

On continue avec une mention spéciale pour le magnifique musée nationale de Bangkok

P1110060
P1110060

P1110064
P1110064

P1120132
P1120132

P1110060
P1110060

1/38

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

Bangkok C'est la folie, les excès, on adore.

Tout d'abord quand on arrive en bus, puis avec le taxis, on se retrouve au 10ème étages sur des ponts (eux aussi à étages) 1er étage, route à 4 voies, 2ème étage à 20 mètres plus haut une autre route,  3ème étage, le métro. Je suis actuellement au 9ème étage de notre hôtel, au bord de la piscine, et je vois passer quasiment à ma hauteur, une route avec des voitures et le métro (skyline). Je vois également une vingtaine d'immeubles hyper modernes qui nous surplombent.

Il y a aussi la diversité ,des immeubles, des magasins, un mélange bigarré de petites gargottes, et de grands restaurants, d'immeubles ultramodernes et de vieilles bâtisses décaties, ou faites de tôles ondulées, des immeubles de 50 étages jamais finis. Le quartier des affaires, les parcs.

On y trouve également le plus grand marché de toute l'Asie où on vend absolument de tout.

On a aussi beaucoup aimé la  visite de la ville sur la rivière à l'aide de bateaux bus pour atteindre  différents sites magnifiques.

 

C'est amusant de Croiser très souvent des couples mi-vieil européen mi-jeune asiatique.

Il y a aussi la drogue et le tourisme sexuel, mais je ne les ai pas (encore)expérimentés. 

Autre particularité étonnante dans le domaine : les travestis ou ladyboy. Il y en a (presque) partout. Cela fait étrange et à leur contact, on se dit d'abord que quelque chose cloche, sans savoir exactement quoi. Puis, en général, la charmante personne en face de vous en fait un peu trop et se trémousse bizarrement. Alors d'un coup on comprend la complexité du problème. En tout cas des complexes elles ou ils ne semblent en avoir aucun. En plus ils ou elles sont super bien intégrés/es et acceptés/es par leurs collègues de boulot. Ils/ elles sont tous / toutes extrêmement gentils / les.

Il arrive certainement aussi qu'on croise ou parle à un travesti en ne s'en rendant pas compte.

Tout cela et bien d'autres choses fait de Bangkok une ville à part que l'on a beaucoup apprécié.

Tout savoir sur les ladyboy en Thaïlande

cliquez ICI

Nous sommes le 14 janvier, nous partons ce soir en train pour Surat Tani. Demain matin on prend le bateau pour Ko Phangan, une ile au dessus de Ko Samui. On va passer au régime plages pour quelques temps. On espère que le temps sera beau. Pour l'instant il a plutôt l'air détraqué. A bangkok il fait assez beau on verra bien pour la suite qui selon les prévisions devrait resté un peu perturbé

Ko Phangan

Ko Phangan, une ile de la mer de Thaïlande comme on les voit sur les cartes postales. Nous y étions passé, il y a 35 ans. A l’époque, nous habitions sur l’ile voisine de Ko Samui. On était venu à Kho Phangan y passer une journée,  pour y faire du snorkeling (plongée avec masque et tuba) Nous avions pique-niquez sur l’ile à midi. Si on se rappelle très bien des merveilles que nous avions vu ce jour-là dans la mer, on se souvient également du coup de soleil que nous avions pris sur le dos. L’ile était alors une réserve naturelle et on ne pouvait pas y dormir. Il n’y avait d’ailleurs pas d’hôtel.

Aujourd’hui, les choses ont changé. Il y a des dizaines de milliers de touristes partout sur l'ile qui s’est recouverte de lodges, bungalows et restaurants. L’endroit est toujours magnifique, mais il y a beaucoup de monde. Il faut dire que, même si le temps est un peu perturbé, nous sommes dans la meilleure saison. La température avoisine les 30° et l’eau les 26°. L’ile est quand-même vaste, il est toujours possible de trouver un petit coin tranquille pour se baigner ou faire du snorkeling. Comme des milliers d’autres touristes, nous avons loué un scooter (6.20 fr. par jour) pendant les 20 jours que nous passons ici. On silionne l’ile pour visiter les plages, on rencontre des gens et on profite de la beauté de l’endroit.

 

Nous séjournons à Tong Sala, la capitale où arrivent les bateaux. Heureusement, on a un super bungalow, sur la plage juste à côté de la ville. On est bien au calme et le soir on peut aller manger dans un des multiples restos. Pas pire dirait mon ami québécois Gilbert.

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

P1150003
P1150011
P1150072
P1150064
P1150067
P1120355
P1170078
P1120389
P1170075_edited
P1170082_edited
P1180001_edited
P1120387
P1170139
P1170141
P1170136
P1170132
P1170131
P1170113
P1170085
P1170081
P1170076
P1120406
P1120390
P1120388
P1120407_edited
P1170116_edited
P1120413
P1120421
P1180003_edited
P1170123
P1170121
P1170108
P1170097
P1170096
P1170079
P1170073
P1120396

Pour commencer:le voyage en bateau, le bungalow  et la plage où nous séjournons

24 janvier, chez nous, c’est le jour de l’indépendance Vaudoise. C’est en effet le 24 janvier 1897 que le pays de Vaud se libéra du joux des bernois qui occupaient le pays de Vaud depuis 1536. L’acte de médiation de Napoléon Bonaparte aboutira à l’entrés du canton dans la confédération Suisse le 14 avril 1803. Liberté et Patrie sera désormais la devise du canton. Pour s’en souvenir on tire le canon tous les 24 janvier à Lausanne.

Petite parenthèse historique fermée, voici 10 jours que nous sommes à Ko Phangan. Il faut avouer qu’on est un peu passé du statut de voyageur à celui de vacancier. La plage fait la différence. Ici, pas de monuments historiques, pas de visites de monument à faire. On découvre l’ile petit à petit avec notre scooter, on rencontre pas mal de monde, comme Jacinthe, charmante québécoise qui visite le monde du haut de ses 69 ans. Pour la petite histoire, et ça ne s’invente pas, elle nous invite demain à venir manger la fondue au fromage qu’elle a ramené de Québec. Dingue !! On va devoir l’inviter à manger une poutine avec du blé d’inde chez nous. C’est la mondialisation !!

Dans quelques jours on va revoir Charline et Florian avec qui on avait loué un véhicule au Laos et qui débarquent sur l’ile. Avant-hier on a mangé avec Christine et Jean-Claude, un couple de Genevois que nous avons rencontrés sur la plage.

Les journées passent très vite, à vrai dire on ne les voit pas passer. Le temps est variable, mais dans l’ensemble il fait beau, en tout cas assez pour se baigner tous les jours. On profite aussi de notre bungalow et de la piscine de notre hôtel. On respire et on profite au maximum de vivre sur cette ile magnifique

Voici en images et en vrac quelques plages que nous avons déjà visitées.

IMG_20180123_111311
IMG_20180123_111347
IMG_20180123_121914
IMG_20180123_111320
IMG_20180123_111332
IMG_20180123_111306
P1120406
P1120380
P1120378
P1120377
P1120376
P1120375
P1120374
P1120371
P1120372
P1120353
P1120351
P1120373
P1120370
P1120350
P1170113
P1180003_edited
P1180044
P1180034

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

La fondue Québécoise

Incroyable mais vrai, notre amie québécoise Jacinthe nous a invité à manger la fondue au fromage !!

On nous aurait dit que nous mangerions la fondue sur l’ile de Ko Phangan, on ne l’aurait pas cru.

Fraichement installée dans son nouveau bungalow sur la plage de Haad Mae Haad au nord-ouest de l’ile, Jacinthe nous envoie un mail pour nous convier à manger la fondue. On avoue qu’on était un peu perplexe et qu’on essayait de chasser les images de fondues au fromage tels qu’on les connait depuis toujours. On se disait : restons ouvert, on verra bien ce que ce sera. On était chargé d’amener le pain. C’était facile, car on avait découvert quelques jours auparavant, deux supermarchés dont un destiné plutôt aux grossistes genre Aligro. On y trouve de tout, des produits laitiers au fromage en passant par la boulangerie et une multitude de produits importés. S’il y avait du fromage, il n’y avait, en revanche pas, de fondue.

Nous arrivons chez Jacinthe. Elle nous a préparé une fondue au fromage qu’elle avait ramené du Québec. C’est une fondue qui vient de Suisse, qui est conditionnée dans un sachet d’aluminium sous vide et qui est toute prête. Même pas besoin de rajouter du vin blanc, il est déjà dedans. On a fait chauffer le contenu des deux sachets dans un récipient en métal au bain marie et après un petit quart d’heure, c’était prêt et délicieux. On c’est régalé et c’est la première fois que j’ai bu du whisky avec la fondue. Ici le vin rouge c’est pas terrible. Le seul vin rouge que nous buvons de temps en temps, c’est dans la petite pizzeria tenue comme il se doit par un italien pure souche à Thongsala. Un petit vin italien délicieux à 300 bath (9fr.) le demi.

La semaine prochaine, nous retournons chez Jacinthe pour lui faire des roestis, car nous n’avons pas ramené de poutine(plat national québécois : des frites servies avec une sauce brune) sous vide et prête à l’emploi.

Voici la fondue québécoise en images…..

Cliquez sur les images pour les agrandir

En fait c'est faux, on a trouvé de la fondue dans un supermarché de l'ile et de la EMI en plus. Vive la mondialisation....... On attendra de rentrer pour en manger une.

Nous sommes le 27 janvier, dans 2 heures nous allons accueillir Charline et Florian, amis français que nous avions rencontrés au Laos. Ils arrivent sur l’ile en bateau à 12h30.

Comme deux poissons dans l'eau

Nous vous invitons pour une petite séance de snorkeling sur notre plage préférée: Haad Mae Haad tout au nord ouest de l'ile

Il fait 33° et l'eau est à 27° Mettez votre masque et votre tuba on plonge.......

La fête de la pleine lune

de Ko Phangan

Au départ on ne pensait pas y aller. C’est qu’on n’est pas vraiment des clubers noctambules. Alors faire la fête toute la nuit sur une plage entourez par 20 ou 50'000 personnes, ce n’est pas forcément notre truc.

Oui mais voilà, on se retrouve à Ko Phangan le 31 janvier, et sur le plage de Haad Rin Nok se déroule chaque mois la plus grande fête de la pleine lune d’Asie. Des milliers de fêtards viennent du monde entier pour célébrer ce événement.

En plus de cette manifestation festive, il y a  cette fois une manifestation astronomique qui nous a décidé d'y aller. Il s’agit d'une éclipse totale de la lune accompagnée d'une super lune bleue de sang.

 

C’est un phénomène rarissime que comme d’habitude maintenant on vous expliquera lorsque vous cliquerez ICI et  ICI

Maintenant que vous savez tout sur ce phénomène: que la fête commence en images…….

voici encore le site de météo Suisse sur le phénomène ICI

P1120821_edited
P1120821_edited

P1120765_edited
P1120765_edited

P1120969
P1120969

P1120821_edited
P1120821_edited

1/38

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

En conclusion, nous n’y avons pas passé la nuit, vers une heure du matin l’ambiance, par ailleurs bon enfant et festive commençait à friser l’ébullition. Beaucoup de petits jeunes ne savaient plus trop où était leur maman et comment elle s’appelait.

Après avoir fait le tour des nombreuses animations de jongleurs de feu, saut à la corde de feu également, des stands et des différents bars avec ou sans DJ, nous nous sommes décidés pour un retrait stratégique à bord d'un Tuk Tuk.

 

Il faut dire que les buckets n’arrangeaient rien à la montée de la fièvre. Un bucket est un petit sceau que l’on remplit d’un alcool quelconque : Gin, Vodka, Whisky, bien souvent très quelconque, voir local. On y ajoute un soda sucré de son choix, Coca, Sprite, Fanta, (là en revanche garanti d’origine et estampillé pur sucre) de la glace et on mélange le tout. On se promène sur la plage en vidant tranquillement son bucket à l’aide d’une paille. Pourquoi boire bêtement dans un verre alors qu’il y a des buckets  partout  autour de vous pour 150 baths soit 5 fr.

Au final, cette full moon party fût une super expérience et on c'est bien amusé même si le niveau musical était parfois aussi bas que la marée. Seul le niveau de décibels était à la hauteur, voir un peu au-dessus. Chacun y allait de son son en tachant de surclasser son voisin par le volume plutôt que par la qualité.

Ce que nous avons beaucoup apprécié, c'est de retrouver par hasard dans la foule Natasha et Jo alors que nous étions accompagnés par Charline et Florian. Nous nous sommes retrouvé toute l'équipe qui avions loué 2 bus au Laos  à Takhek et Paksé

 

Tout là-haut dans le ciel la lune rougissait de honte devant tout ces gens qui l’ignoraient et ne savait même pas qu’elle offrait à tous une prestation exceptionnelle de super lune bleue de sang.

Elle semblait bien seule à nous regarder la fêter sans que la plus part la contemple ou  y prête la moindre attention.

Qu’à cela ne tienne, elle sera fidèle au rendez-vous dans 29 jours 12 heures 44 minutes et 2,9 secondes et d’autres fêtard la prétexteront à leur tour et viendront du monde entier sur la plage de Haad Rin pour faire la fête à grand coup de bukhets  et de décibels.

En 2018, la lune aura beaucoup de boulot car elle nous fera son show 13 fois durant l’année puisque c’est une lune bleue……vous ne savez plus ce qu’est une lune bleue ? alors cliquez ICI

Retrouvailles

Lorsqu'on voyage, on croise la plus part du temps d'autres voyageurs. Comme tous ces travelers visitent en général les mêmes sites, il arrive souvent qu'on se retrouve sans pour autant l'avoir prévu ou s'être donner rendez-vous.

 

C'est ce qui est arrivé avec nos amis français Charline, Florian, Natacha et Jo. Même si on avait gardé contact et si on savait qu'ils étaient sur l'ile de Kao lak juste à côté de la  notre, on s'est croisé par hasard et à 2 reprises lors de la full moon party.

On a décidé de se revoir le lendemain pour manger une pizza ensemble, avant de repartir chacun dans son voyage : Charline et Flo sont parti le lendemain pour Ko Lantha et Ko Pipi et un jour plus tard, Natacha et Jo  prenaient l'avion pour Bangkok et la France.

Quant à nous, après 20 jours sur cette ile merveilleuse, on descend lundi 5 février à Kao Lak sur la mer d'Andaman, en dessous de la Birmanie et 100 km au dessus de Phuket. C'est cette côte qui avait été ravagée par le terrible tsunami  de 2004.

En route pour Kao Lak

5 février 5h45 On se lève pour prendre le bateau pour Surat Tani. Le soir d'avant nous avions changé d'hôtel pour un situé tout prêt du port à Tongsala. Le speed boat part à 7heures. Il va faire le trajet en environ 3 heures. Le temps est comme d’habitude : nuageux et ensoleillé à la fois. Le voyage se passe sans histoire, on rencontre une allemande sympa et rigolotte, on discute. A l’arrivée, des bus nous attendent pour nous mener à la gare routière. C’est la joyeuse confusion, les noms des destinations sont criées par le personnel des agences qui hurlent : Poukhet, Poukhet en désignant un des bus ou : Kao Lak, Kao lak en désignant un autre bus. Rapidement tout le monde s’installe et le bus démarre pour environ 1heure de trajet. Arrivé à Surat Tani, on nous dépose au bord de la route à une petite agence. Les hurlées recommencent de plus belle : Pukhet, Pukhet, Ko PiPi, Ko PiPi, Kao Lak, Kao Lak etc., etc. On nous fait comprendre qu’il faut se hâter car le mini bus part dans 2 minutes. On court aux toilettes, car la règle c’est : si tu as des toilettes sous la main, tu y vas, car tu ne sais pas ce qui va se passer pour la suite. La règle est aussi : un court aux toilettes pendant que l’autre surveille les bagages.

Arrive un minibus. Le chauffeur sort et retient son véhicule d’une main pendant que de l’autre, il ramasse une pierre qu’il cale sous la roue avant droite. (Ici le volant est à droite). Cool : pas de freins à main, super voyage en perspective. Une dizaine de personnes montent dans le mini bus, les bagages sont chargées à l’arrière et on part vite fait. 10 minutes plus tard, on arrive à la gare routière. Le chauffeur se parque derrière un bus, il met à nouveau une petite pierre pour caler le véhicule et tout le monde descend. On nous dit de poser les affaires à côté du bus et on nous fait signe de monter. Ben voyons, sûr qu’on va laisser nos bagages ici et monter dans le bus. Comme d’habitude, Pascale Monte dans le bus et je reste à côté des bagages pour surveiller la manœuvre. Dans un bus, il y a un chauffeur et un aide qui contrôle les billets fait payer les personnes qui montent en cours de route et avertit lorsqu’on fait un arrêt pipi (si comme ici il n’y a pas de wc dans le bus) ou indique l’arrêt ou nous arrivons. On amène les bagages de l’autre côté du bus, je contrôle que tout est bien chargé et dés que la porte de la scoute est fermée, je rejoins Pascale.

3 heures et demi plus tard, on arrive à destination. Je vous passe l’arrêt pipi en catastrophe après 2heures et demi de route ainsi que l’arrêt buffet à seulement 40 km de notre destination.

Je surveille sur Maps.me, l’application sur mon IPhone devenue totalement indispensable où nous nous trouvons par rapport à notre hôtel. Je vois qu’on dépasse l’hôtel. On court avec nos bagages à mains et on demande de nous arrêter ici. Encore 200 mètres pour se faire comprendre et le bus s’arrête. On récupère les bagages en catastrophe sur la route et on entame à pied les 1,8 km qui nous sépare de notre hôtel. Il est 14 heures, on est fatigués mais contents : nous sommes arrivés. On pose nos affaires et comme il fait 36°, on plonge direct dans la piscine.

Kao lak

 Dès l’arrivée je ne peux m’empêcher de penser au tsunami de 2004. Ma mémoire me fait revoir les images de la catastrophe qui a englouti plus de 200'000 personnes. Ces centaines de personnes sur la page filmant avec intérêt la mer qui se retire et cette petite vague qui arrive très lentement. Ce jeune homme qui se lève pour remettre son linge comme il faut avant de s’étendre dessus pour contempler la vague qui arrive au loin. J’ai toujours été frappé par l’inconscience totale des gens sur la plage face au danger de mort imminent. Les enfants jouent, les adultes regardent. Contrairement à aujourd’hui, aucun d’entre eux n’avaient vu à la télé ou même entendu parler d’un tsunami. C’était quelque chose du passé qui n’existait plus La mémoire collective avait effacé depuis bien longtemps les images de ces vagues meurtrières. Tous ces gens sur la plage ne fuient pas, ils contemplent ce spectacle comme hypnotisés. La vague arrive, terrible, incroyablement puissante, 15 à 20 mètres de haut. Sur la plage un jeune homme la regarde arriver, immobile, droit comme un i, tétanisé. Une seconde après il est englouti.

Ca est là, des vestiges de la catastrophe se dévoilent. Là, un véhicule complètement défoncé, comme si un énorme tuyau l’avait frappé sur le toit. Ailleurs, une parcelle qui n’a pas été reconstruite où repose encore un amoncellement de débris. Sur la plage, les vacanciers bronzent nonchalamment entourés par un arbre déraciné et couché sur le flanc. La moitié de ses racines partent droit au ciel alors qu’on imagine l’autre moitié enfouie sous la plage. Cà est là, des cocotiers déracinés, mais encore debout, semblent posés sur la plage. Partout des souches sont visibles. Autant de témoins toujours présents 14 ans après.

La vie à repris son cour et ce n’est pas une catastrophe aussi importante soit elle qui va empêcher le buisness de reprendre de plus belle. Tout a été reconstruit, plus grand, plus beau. Avant, la route d’accès qui longe les plages avait 2 pistes. Maintenant, elle en à 4. Nous habitons à 300 mètres de la plage, comme des milliers d’autres touristes. Ce qui semble avoir changé, ce sont les panneaux qui indiquent les voies d’évacuation, les sirènes au bord de la plage. Voici des images et des articles sur le sujet ainsi que des explications ICI

P1130262
P1130262

P1130260
P1130260

P1130188
P1130188

P1130262
P1130262

1/18

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

Le tsunami en Thaïlande a fait 17 000 victimes (plus de 5000 morts, environ 8500 blessés et quelque 3000 disparus), en décembre 2004. Notamment parce que le pays n’était doté d’aucun système d’alerte. Il a été créé depuis lors, et chaque année, il est testé, au mois d’octobre. Ce qui n’empêche pas les Thaïlandais d’être pris de panique à la moindre annonce d’un tremblement de terre dans la région.

A Khao Lak, un des lieux les plus touché par le tsunami en Thaïlande,  on trouve, tout au long de la côte, des panneaux d’avertissement qui renseignent des lieux où se réfugier en cas de tsunami. Ces Safe House, sortes de grosses maisons, sont construites toutes en hauteur, avec des pièces fermées et des plates-formes. Elles culminent jusqu’à une quinzaine de mètres  de haut. Elles sont prévues pour accueillir temporairement le nombre de personnes habitant la zone (50-100 personnes à la fois).

Tout le monde les connaît, tout le monde sait ce qu’il faut faire : « si un signal retentit, on doit courir, on a juste le temps, environ 15 minutes, pour y arriver », explique Man Phetsara -Pôd-, guide touristique. Chaque village a une ou plusieurs de ces Safe House. Depuis décembre 2004, elles n’ont jamais servi. Mais de fausses alertes au tsunami ont effrayé la population. « Quand on apprend qu’il y a des tremblements de terre, notamment en Indonésie, il arrive souvent qu’il y ait des moments de panique, et alors tout le monde court vers ces maisons. Mais ce qui compte, c’est que ça existe maintenant, c’est mieux que rien ! »

Chaque année, en octobre, avant la haute saison, on organise un test grandeur nature pour voir si le système fonctionne. 

lLa vie a donc repris le dessus et Kao Lak est redevenu une des destinations les plus prisées de Thaïlande. Nous avons été surpris par le nombre considérable de touristes pour la plus part Allemands et âgés qui sont ici. Rien à voir avec l'ambiance jeune et décontractée de Ko Phangan. Ici, nous sommes dans une station balnéaire comme il y en a en Grèce, en Italie ou en Espagne, et en plus en plein mois d'août, c'est à dire bondée. Jusqu'au 20 février, nous sommes définitivement en vacances et plus en voyage.

P1130104
P1130104

P1130092
P1130092

P2070092
P2070092

P1130104
P1130104

1/27

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

Petite balade dans la jungle

Pour varier un peu les plaisirs, nous sommes allez visiter le parc national de Lamru à quelques kilomètres de Kao lak. Au programme: balade sur un sentier dans la jungle au bord de la mer, et au bout , une magnifique petite plage au milieu de la nature sauvage. Magnifique!!

P1130269_edited
P1130269_edited

P1130288
P1130288

P1130359
P1130359

P1130269_edited
P1130269_edited

1/45

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

11 février. Cela fait cinq mois hier que nous sommes partis. Nous avons vu tellement de choses extraordinaires qu'il nous semble avoir fait plusieurs voyages. Dans 7 jours nous quittons la Thaïlande pour le Malaisie.  Langawi, Penang, Kuala Lumpur, Malacca, et Singapour nous attendent.

L'ile de Surin

Une excursion d'un jour sur l'ile de Surin. Cette ile est à environ 50 km de la côte au-dessus des iles Sémilian.

Au départ, on voulait aller sur les iles Sémilian.

Alors que nous partions chercher les billets pour cette excursion, nous avons croisé un jeune couple de Suisses devant notre hôtel.

Nous avons discuté et nous leur avons demandé s’ils étaient allés faire du snorkeling à Sémilian. Ils nous racontent qu’ils y étaient allés le jour d’avant et qu’ils étaient passablement déçus de leur journée. Ils nous expliquent qu’ils se sont d’abord retrouvés serrez comme des sardines dans un speed boat pour l’heure et demi de traversée jusqu’aux iles, qu’ils se sont retrouvés avec beaucoup de monde sur un site de snorkeling. A midi ils ont été déposés avec tous les autres touristes sur une plage pour un buffet ou il fallait jouer des coudes pour réussir à manger quelque chose. Bref, ce n’était pas terrible et ils nous déconseillaient de le faire. Nous avons lu par la suite que 4000 touristes venaient chaque jours sur ces iles. Une vrai industrie.

Nous avons suivi leur conseil et décidé de faire l’excursion sur l’ile de Surin à quelques 10ènes de km au-dessus de Sémilian. Après s’être renseigné sur internet, cette ile paraissait bien plus tranquille que sa voisine, car les touristes de  Phuket ne venaient pas jusqu'ici car c'était trop loin.

 

Ce fut effectivement une super journée, bien organisée, avec un buffet petit-déjeuner à l’arrivée, tout le matériel pour snorkeler (masques tubas et palmes) 3 spots de snorkeling durant la journée. Un arrêt sur une ile super pour manger à midi et encore un buffet le soir en arrivant au port à 25 km au-dessus de Kao Lak. Compris également le mini bus pour nous prendre et nous ramener à l’hôtel. Le tout pour 2400 bath soit environ 75 Fr. par personne

Voici notre périple en photos et encore quelques petits poissons dans les coraux. Le film est fait avec mon téléphone Caterpillar A prendre comme un documentaire amateur, car ce n’est pas facile de nager en tenant un téléphone dans une main.

P1130475
P1130458
P1130466
P1130465_edited
P1130468
P1130467
P1130577
P1130479
P1130484
P1130476
P1130494
P1130519
P1130552
P1130553
P1130534
P1130560_edited
P1130489
P1130568_edited
P1130575
P1130578
P1130521
P1130509
P1130518
P1130507
P1130504
P1130492

cliquez sur l'image pour voir les photos du diaporama en entier

L'ancasther Planci pourpre, visible entre la 40 et 45ème seconde du petit film ci-dessus....

.......Une découverte de Pascale.....

Coucou les amis, c’est de nouveau moi. J’avais envie de vous parler d’une rencontre qu’on a faite sous l’eau: Une étoile de mer magnifique avec ces piquants noirs et sa couleur bleue quasiment phosphorescent, une merveille. On aurait voulu s’en approcher mais heureusement, elle était en profondeur. Car dans la nature, souvent des couleurs voyantes et magnifiques sont des messages aux prédateurs de s’éloigner sous peine d’être en danger.

Le fin mot de l’histoire, quand j’ai été voir sur internet, je me suis aperçue que cette petite bête n’est pas inoffensive. Elle peut peser jusqu’à 3 kg et avoir 23 branches. Cette étoile de mer géante, Acanthaster Planci pourpre, est dotée de piquants venimeux qui occasionnent la nécrose des tissus (également chez l’homme). Une autre facette de cette étoile est qu’elle est un fort potentiel de destruction des massifs coralliens, en consommant leurs polypes. La femelle pond plusieurs dizaines de millions d’œufs qui peuvent se déplacer sur plusieurs centaines de km. En Australie et au Japon, on cherche à l’éradiquer.

En conclusion, il faut se méfier des animaux que l’on ne connait pas même s’ils ont une tête sympathique.