Le retour en Chine

4 mois après avoir quitté la Chine pour le Laos, nous voici de retour par le Vietnam. Le passage de la frontière fût quelques peu cahotique. En effet même si le train de nuit offrait tout le confort avec des cabines à 4 couchettes, nous dûmes sortir 2 fois du train avec les bagages (pas les armes) pour se rendre à la douane. En prime et sans supplément,les Chinois nous ont gratifié d'une fouille systèmatique. Vers 9h du matin nous sommes arrivés à Nanning ou nous avons passé la nuit. Le lendemain matin à 7h 50, changement de décor, nous remplaçons les trains vietnamiens cahotiques et leur 38 km/h de moyenne pour  le TGV chinois ultra moderne et leur 200 km/h, qui nous ont propusés en 2h30 pour 380 km jusqu'à Guilin  dans un confort super et sans la moindre vibration. La grande classe.

A Guilin nous avons sauté dans un bus pour Yangshuo ou nous nous posons pour 6 jours. Ouf! enfin arrivé.

 

A Yangshuo, on reste dans les paysages en pains de sucre, mais encore plus grandiose qu'au Vietnam. A vous de juger: on commence par la petite ville de Yangshuo, on continue par la descente de la rivière Li (et non pas la descente dans le li de la rivière) puis la descente en radeau de vrais bambous de la petite rivière Yulong

33.jpg
33.jpg

31.jpg
31.jpg

4.jpg
4.jpg

33.jpg
33.jpg

1/36

cliquez sur l'image pour agrndir le diaporaama et voir les images en entier

Le rêve chinois.......

 On savait les chinois maîtres dans l'art de la contrefaçon, Nous avons découvert une autre facette dans cette maitrise du faux: Le parc des ethnies Magnolia. La guide que nous avons pris 2 jours, nous propose un arrêt dans ce fameux parc, pour nous faire découvrir une ethnie de la région.

 

Nous nous y arrêtons  et nous payons la taxe d'entrés de 70 yuan par personne soit 11 Fr. Dès l'entrée, le ton est donné, tout à l'air vieux, mais tout est neuf. On passe devant des tableaux de jeunes gens qui jouent de la "musique" genre cra cra avec de faux instruments anciens et un air de s'emmerder grave. Bon, on continue perplexes, on traverse quelques "vraies" boutiques proposant les produits les plus divers, passant de la flute de pan à la pierre à encre ou encore les faux bijoux traditionnels anciens...

 

On arrive devant un embarcadère et nous montons dans une petite barque et commençons un périple d'une demi-heure sur une fausse rivière mais dans un vrai cadre absolument magnifique. Nous passons lentement devant des sortes de petits pavillons où l'on retrouve des "musiciens" cra cra en costumes du coin, toujours avec le même air de s'emmerder grave. On continue par des petites fausses habitations où des jeunes filles, toujours en costume, nous gratifient de grands signes de la main lorsque nous passons ou executent quelques pas de danse typiques genre dans du feu . On est de plus en plus perplexe.

 

Arrive la partie nature, une fausse jonque posée au bord de la rivière nous permet de faire quelques photos magnifiques. Quelques mètres plus loin, on se retrouve dans un magnifique verger de pruniers en fleurs. Avec les pains de sucre derrière, c'est absolument magnifique et je me souviens que nous étions étonnés de n'avoir pas encore vu d'aussi beaux arbres en fleurs ailleurs dans le coin. Après tout, c'est le printemps, donc l'époque des arbres en fleurs. On continue.

 

On finit le parcours et on traverse une succession de vraies boutiques avec d'autres objets parfois très jolis mais toujours 4 fois plus chers que dans la vraie vie. A notre retour, en enregistrant les photos et en les agrandissant, on s’est rendu compte que les arbres en fleurs eux aussi étaient faux. Bravo les chinois, vous nous avez bien eu, vous êtes vraiment les maitres du faux. on voit que vous adorez la mise en scène......

34.jpg
34.jpg
35.jpg
35.jpg
38.jpg
38.jpg
37.jpg
37.jpg
36.jpg
36.jpg
31.jpg
31.jpg

cliquez sur une image pour agrndir et voir les photos en entier

Guangzhou (Canton)

D'entrée, en arrivant à la gare, on a aimé cette ville. Déjà, notre voisine de couchette avec sa petite fille nous a aidé à prendre un taxi, taxi qui entre parenthèse n'avait aucune idée où était notre hôtel, malgré l'adresse en Pinin (chinois) et le plan sur nos téléphones. Heureusement qu’on avait le téléphone de l’hôtel. On a tout de suite aimé Guangzhou et ses grandes artères sans trop de circulation, la discipline des automobilistes et des piétons qui permet de traverser les rues sans soucis, ses rues piétonnes très agréables pour se balader. Si les rues ne sont pas engorgées par le trafic, c'est en grande partie grâce à son métro ultra moderne, inauguré en 2009 et qui permet de se déplacer très facilement pour presque pas un rond: 3 stations pour 30 ct. , 6 stations 60 ct. etc. Avec 6 stations, on a déjà traversé la moitié de cette mégapole de plus de 10 millions d'habitants

 

Je me souviens l'avoir déjà dit ailleurs, on est très loin des autorités politiques et des managers du métro (ou bus) de Lausanne qui assomment les gens avec des prix de billets exorbitants et qui pensent qu’en emmerdant les automobilistes pour qu'ils ne prennent plus leur voiture en ville, ils vont faire changer les habitudes. Ici, même si partout les caméras filment et à chaque carrefour des flics veillent au grain, tout à l’air de se passer en douceur et la population semble contente de son sort. C'est en tout cas ce que l'on ressent en parcourant ses rues et en côtoyant cette population très moderne et décontractée. Seule ombre au tableau : quelques mendiants parfois dans un état pitoyable, mais rassuré vous, rien à voir avec Lausanne. Guangzhou est une ville aérée pleines de parcs magnifiques où l'on se retrouve en quelques minutes en pleine nature. Les innombrables magasins nous font nettement sentir qu'Hong Kong n’est qu’à 3 heures de bus.

 

Quand je repense à l’idée que je me faisais de Canton et de la Chine en général, je me rends compte que mon imagination n’a pas suivi l’extraordinaire développement économique et culturel de cette ville et de ce pays. Ici tout semble neuf et moderne (en tout cas dans le centre), il y a une grande majorité de jeunes. Les filles sont toutes super bien fringuées à la dernière mode, en mini-jupe ou mini short, maquillées, cheveux teins ongles peints et décorés etc. etc. Il n’y a qu’à voir l’affluence dans les innombrables boutiques hyper branchées pour réaliser la modernité de cette jeunesse. Avant de venir ici, j’avais l’image de Tintin et le lotus bleu dans la tête, les pousse-pousse, les costumes Mao enfin, l’image de la Chine des années 60. Je me retrouve dans un pays ultra moderne et neuf qui me fait penser que la vieille Europe et non seulement bien vieille, mais aussi très malade économiquement. Pascale qui est venue en Chine en 2007 n’en revient pas des changements effectués en 7 ans.

 

Côté subsistance, rien à dire. On mange très bien comme dans la plupart des villes chinoises. On a d'abord cherché des restos sans les trouver. Seuls les innombrables Macdo, KFC ou Starbucks café ont pignon sur rue, Les restos se trouvent aux étages des magasins: il faut rentrer dans le magasin, monter de 3 ou 4 étages pour arriver à l'étage des restos. Ils se côtoient et vous choisissez celui qui vous semble le mieux vous convenir. Sinon, il faut trouver la rue des restos et là, il n’y a que des restos qui se suivent à la ribambelle. Les Chinois font les mêmes choses aux mêmes endroits, Il y a donc : le quartier des fringues (même si il y en a un peu partout dans la ville) celui des ferronniers, ou des marchands d’outils, ou encore les sanitaires etc. etc.

 

La 1ère visite que nous avons fait fût tout à fait remarquable et demande quelques explications avant de voir les photos.Il s’agit du musée et tombeau du roi des Yue du Sud. Ce tombeau a été découvert en 1985 lorsque les travaux de construction d’un immeuble qui nécessita le nivellement d’une colline en pleine ville, mirent à jours sous 17 mètres de terre ce tombeau inviolé datant donc de la dynastie des Yue du Sud, qui firent cécession avec les Han qui dominaient la Chine à cette époque, Le roi Zhao Mo, deuxième roi de cette dynastie, régnât de 137 à 122 av J,-C. Il se fit enterré dans un mausolée creusé dans une colline avec ses épouses et des serviteurs, musiciens, cuisiniers, soit 15 personnes au total. Le tombeau contenait également un nombre important d’objets divers en or, argent, jade, bronze etc. La découverte de cette tombe intacte est considérée comme l’une des plus importante découverte archéologique de Chine. Elle permit d’avoir un éclairage tout à fait nouveau sur cette époque.

dans l'ordre: la ville, le tombeau des Yue du Sud, le marché de jade, le temple de la brillante piété filiale  (ça s'invente pas un nom pareil), le temple des ancètres de la famille Chen, le marché de Qingping (médecine chinois traditionnelle).

3.jpg
3.jpg

24.jpg
24.jpg

3.jpg
3.jpg

3.jpg
3.jpg

1/63

comme d'habitude, cliquez sur l'image pour agrndir le diaporaama et voir les images en entier

Macao

Changement de décors, pour ne pas dire changement de monde. Ici on parle Chinois, mais la langue officielle est le portugais. Tout autour de nous des casinos plus extravagants les uns que les autres. Cette extravagance contrsaste avec l'histoire des quartiers anciens. des petites rues pavées et des monuments historiques. Les fantomes des navigateurs portugais  hantent encore le port. Depuis le fort du 16ème siècle, on ne voit plus la mer, elle est cachée par les casinos, immenses navires immobiles bourrés de richesses, les canons sont étrangement pointés sur eux.

Ici tout n'est que façade, même de la cathédrale il ne reste que la façade, tout le reste à brûlé il y a bien longtemps, ce monument  reste le symbole de la ville... comme pour prévenir les flambeurs..

10_edited.jpg
10_edited.jpg

2.jpg
2.jpg

12.jpg
12.jpg

10_edited.jpg
10_edited.jpg

1/19

La démesure et l'extravagance.....

Depuis notre départ, nous avons vu déjà pas mal de choses. des plus merveilleuses au plus extravagantes. Ce matin nous avons pris un bus local pour nous rendre de Macao à l'ile de Taipa.

 

Il faut environ 15 minutes pour rejoindre cette ile, en passant par un des 3 ponts gigantesques qui enjambe le bras de mer. Le but de notre visite: le casino the Venetian, temple de la démesure et de l'extravagance. Dans ces domaines (la démesure et l'extravagance) nous avons atteint des sommets encore jamais égalés. Si dans l'article en haut de page tout était faux, ici, tout est vrai. Mais de quoi s’agit-il en fait: Il s'agit d'un casino, un de plus, qui est la copie conforme du Venetian de Las Vegas, avec la reconstitution de quelques monuments de Venise: le Campanile, le palais des Doges, le pont des soupirs, etc. etc.

 

A l'intérieur du complexe, on retrouve un canal avec ses maisons reconstituées abritant une bonne centaine de boutiques, des gondoles avec les rameurs en costume vénitien ramant en chantant "Ho Solemio" Seule différence: les gondoles sont symétriques (contrairement aux vraies pour que le rameur puisse faire son travail) car ici le rameur ne fait que diriger la gondole, c'est un moteur électrique qui la fait avancer.

 

Quand on dit que tout est vrai, cela veut dire que 'on a fait venir 3000 tonnes de marbres d'Italie, et des superbes lustres en cristal de Murano. Ce casino a coûté 2,5 milliards de dollars, il abrite 3000 chambres de luxe des 10 ènes de restaurants, le tout dans une débauche de luxe. Tout ça pour être à l'aise pour se faire plumer dans l'unique casino du complexe. On reste songeur devant cette débauche de fric et de luxe, alors que juste à côté, en Chine, des millions de laissés pour compte luttent pour survivre.

 

5.jpg
5.jpg

25.jpg
25.jpg

2.jpg
2.jpg

5.jpg
5.jpg

1/25

Hong Kong

Arrivée magnifique à midi, par bateau dans la baie de Hong Kong. Ici pas de casinos, mais des magasins partout. C’est le temple du business, la Mecque du commerce. Cela est logique puise Hong Kong comme Macao sont des ports francs donc sans taxes.

 

Avant de venir ici, je me suis toujours demandé comment les grandes marques horlogères de notre brave pays pouvaient vendre autant de montres à 10 ou 50'000 Fr. Maintenant, j'ai compris. Ils viennent (entre autre) à Hong Kong. Nous sommes dans le quartier de Kowloon, en face de la City, plus précisément dans la rue Cameron. Dans cette rue qui doit faire 500 mètres de long, il doit y avoir au moins 30 magasins qui vendent des Rolex, Omega, Tudor, etc. Le plus marrant, c'est les indiens devant les magasins qui te proposent les mêmes montres, mais en faux. Quand je dis c'est marrant, les 10 premiers sur 50 mètres c'était marrant, les 1000 suivants ça devient agassant.

 

Partout, de gigantesques enseignes publicitaires traversent les rues, empêchant un peu de voir le délabrement des bâtiments. On sent que cela fait longtemps que Hong Kong est Hong Kong. Si les tours de verres sont immaculées et dès le soir, illuminées de mille feux, aux effets les plus extraordinaires, du genre des paysages qui défilent tout le long des façades, passant même d'une façade à l'autre, avec le levé de la lune et un oiseau qui traverse, enfin bref, la totale et bien derrière tout ce clinquant, il y a les buildings d'habitations, qui ont nettement moins fière allure et qui parfois tombent en ruine. Pour conclure, on est content d'être venu à Hong Kong, mais on préfère nettement le pittoresque Macao, même avec ses casinos..

Ci dessous, à la fin des photos de jour de la ville, vous verrez la baie de nuit( depuis le quartier de Kowloon vues de l'ile de Hong Kong) agrémenté par un show de lumière qui a lieu tous les soir à 20 h. en suivant, l'ile de Lantau à une heure de bateau et son bouddha géant de 34 mètres en bronze posé sur une montagne, puis le quartier de Soho sur l'ile de Hong Kong avec ses gigantesques tours, ses troleybus, ses passerelles aériennes qui enjambes les avenues et son escalator géant de 800 mètres, le plus long du monde.

21.jpg
21.jpg

11.jpg
11.jpg

39.jpg
39.jpg

21.jpg
21.jpg

1/59

cliquez sur une image pour agrndir et voir les photos en entier

Shanghai

Nous sommes arrivés à Shanghai après 20 heures de train depuis Canton. On a fait un super voyage en wagon lit et nous avons dormi comme des loirs. Il y a pas à dire, on se rend compte qu'après plus de 7 mois de voyage, on en a toujours pas mare et on en redemande. Ca tombe bien parce qu’on n’est pas encore arrivé.

 

En arrivant à la gare sud de Shanghai, on se met comme d'hab. dans la file d'attente des taxis, mais, pas de taxi ou un toute les 10 minutes. Devant nous une 30ène de personnes. Comme on commence à connaitre le pays, on décide d'innover en prenant directement le métro. On prend nos bagages et filons direction l'entrée. Comme d'habitude, le métro est neuf ou presque, tout est nickel et bien expliqué en anglais. On décide de prendre directement une carte à pré-payement, le gars au guichet, Ho! surprise, parle anglais et comprend tout. 2 minutes plus tard je reviens vers Pascale qui monte la garde devant les affaires avec les abonnements. Plusieurs personnes nous proposent leur aide pour nous diriger. On est tout de suite à l'aise et d'entrée on aime l'ambiance.

 

On se dirige vers le quartier de notre hôtel, facile: 6 stations sur la ligne jaune puis 1 station sur la ligne verte. A l'arrivée, dans les métros chinois, il y a un plan 3D du quartier avec les sorties du métro. Pour nous c'est la 2. On sort du métro et après une petite hésitation on trouve notre chemin. Les gens sont souriants, l'ambiance est détendue, les rues sont larges et aérées, il fait beau. On adore. 10 minutes plus tard on est arrivé à notre hôtel. Une auberge de jeunesse, chambre en duplex avec salle de bain et terrasse pour 340 yuan (51 fr) il n'y a pas de baignoire, mais tout baigne!!. On est là pour 5 nuits, on s'installe.

Sur le diaporama si dessous, les quais de nuit, la rue piétonne Nanjing et le  jardin de Yu qui est un des 3 plus beaux jardins de Chine

7_edited.jpg
7_edited.jpg

33_edited.jpg
33_edited.jpg

11_edited.jpg
11_edited.jpg

7_edited.jpg
7_edited.jpg

1/42

cliquez sur une image pour agrndir et voir les photos en entier

Hangzhou

Hangzhou, ville de 2 millions d’habitants est considérée comme une des plus agréables de Chine et une des plus riches aussi. Elle a en effet tout pour séduire. De ses grandes avenues on rejoint le magnifique lac de l’ouest et ses iles. On peut en faire le tour sur un agréable sentier parsemé de parcs de digues et de pagodes. On navigue jusuqu'aux iles sur des bateaux étranges qui ressemblent à des maisons ou des dragons. Le seul revers de la médaille : c’est tellement beau et agréable que des dizaines de milliers de personnes viennent depuis Shanghai ,qui n’est qu’à 200 km de là, pour s’y détendre ou passer le week-end.  200 km c’est pas mal sauf si vous le faite en super TGV chinois qui fonce à plus de 300 km/h. On vous assure que ça décoiffe même si on ne peut pas ouvrir les fenêtres.

11_edited.jpg
11_edited.jpg

21_edited.jpg
21_edited.jpg

5_edited.jpg
5_edited.jpg

11_edited.jpg
11_edited.jpg

1/25

cliquez sur une image pour agrndir et voir les photos en entier

Wuzhen

Wuzhen, situé à 90 km de Huangzhou est une ville musée remarquable et magnifique.Mais qu’est-ce donc une ville musée ? La première image qui nous vient à l’esprit c’est le village de Gruyère, ou pour ceux qui connaissent Carcassonne en France, ou encore la principauté de San Marino en Italie. C’est donc une ville ou un village qui a été restauré et dont la principale ou unique activité est d’accueillir des touristes.

 

En Chine, c’est d’un côté un peu plus simple à faire et d’un autre un peu plus compliqué. Un peu plus simple de faire partir les habitants et de vider complètement la ville pour la restaurer. Ensuite, ceux qui montreront des compétences pour tout ce qui concerne le tourisme : hôtellerie, restauration, magasins ou artisanat pourront revenir, pas les autres.Plus compliqué dans le sens où ’il faut trouver une ville plusieurs fois centenaire (ça ce n’est pas difficile en Chine), qui serait riche et qui comptrait de nombreux commerçants et artisans qui, au fil des siècles, se seraient construits des habitations magnifiques et charmantes meublées avec soin et goût. Ajouter des canaux et des voies navigables pour écouler la marchandise et surtout, est c’est là que cela devient délicat, une ville qui n’aurait pas été détruite par la révolution culturelle. Si vous arrivez à trouver cette perle, vous obtiendrez alors Wuzhen.

 

Il faut noter les travaux remarquables de restauration qui ont donné ce joyau extraordinaire. Un modèle du genre, le moindre recoin a été restauré ou aménagé pour recevoir des millions de touristes. Comme d’habitude en Chine quand on parle de touristes, il s’agit de touristes chinois. Les occidentaux ne représentent qu’une infime partie de la masse des visiteurs. Pour vous faire une idée si aujourd’hui on a côtoyé 100'000 touristes chinois, on a croisé 2 ou 3 occidentaux. Dernière précision, comme souvant, la ville ancienne est entourée d'une ville moderne.

13.jpg
13.jpg

21.jpg
21.jpg

3.jpg
3.jpg

13.jpg
13.jpg

1/46

cliquez sur une image pour agrndir et voir les photos en entier.

        Huangshan

La montagne jaune

Sa beauté a inspiré des dizaines de peintres chinois, ses pics rocheux entremêlés de pins et de végétation. Souvent baignés dans une mer de nuages et de brume qui viennent lécher ses versants abrupts aux grés des vents, Huangshan est un ravissement pour les yeux et l’esprit. Le site s’étend sur des kilomètres carrés, il est accessible par des chemins d’éscaillers taillés dans la roche. Plus de 5000 marches à gravir et 4 à 5 heures d’efforts sont nécessaires pour accéder aux sommets.

 

Depuis peu, 3 téléphériques déversent chaque jour des milliers de touristes (chinois) qui dépensent une fortune (230 yuan = 35 frs + 160 yuan 24 frs aller, retour en téléphérique + 37 yuan (4.70 fr pour le bus qui vous amène au téléphérique =64 fr au total) (salaire moyen en Chine 300 à 450 fr) pour avoir le droit de fouler ce coin de paradis. Ce qui justifie (un peu) ce prix exorbitant, ce sont les dizaines de km de chemin et marches en pierres qui aménagent le site. Souvent vertigineux, les chemins remarquablement construit et entretenus, parcourent les falaises, longent les crêtes ou plongent dans des ravins de plusieurs centaines de mètres. C’est impressionnant. Ces chemins sont les seuls moyens de se déplacer. Pas de voitures, pas de motos. Pour amener la marchandise dans les différents endroits du site, des porteurs parcourent les chemins courbés sous des charges énormes qui pendent en équilibre et en ballots devant et derrière eux, attachées au moyen d’une corde à une tige de bambou coupée en deux dans le sens de la longueur. Régulièrement ils font une pose en s’aidant d’une autre tige de bambou, ils posent un côté de la charge par terre et l’autre côté sur la tige. Ils peuvent ainsi s’extrairent de dessous la charge tout en facilitant sa reprise

 

Depuis la construction des téléphériques, il faut faire abstraction des guides de groupes qui hurlent leurs explications dans des haut-parleurs bourrés d’échos qu’ils portent bandoulière, micro dans une main et drapeau dans l’autre et des touristes qui hurlent devant les falaise pour essayer de provoquer un échos sans y arriver puisque ils n’ont pas de hauts parleurs, ce qui fait que les guides, pour se faire entendre hurlent encore plus fort et augmentent l’échos(j'éxagère un peu). Pour parfaire le tableau, il convient de rajouter au tableau, toutes les 3 à 4 minutes, un tonitruant raclement de gorge suivi de peu d’un puissant crachat (après plus de 3 mois en Chine, je n’arrive toujours pas à m’y habituer)(Pascale un peu plus, même si aujourd’hui 2 crachats l’on frôlée de prêt)

 

Heureusement, le site est tellement vaste que par moment, il n’y a (presque) plus personne et soudain on entend des chants d’oiseaux, le bruit de la brise dans les arbres. Et même le silence. Alors là, on vous assure que c’est le pied.

On comprend alors pourquoi cette montagne est sacrée.

 

Pour notre premier jour pas de nuages, mais un soleil radieux.

 

Nous sommes remontés le surlendemain et avons passé la nuit dans un hôtel sur le site. Nous sommes redescendus à pieds en environ 2 heures et demi et 5000 marches. pendant ces 3 jours, nous avons marché pendant des heures, montés et descendus des milliers de marches d'escaliers. C'était très phisique et merveilleux. Même si nous n'avons vu ni couché ou le levé de soleil à cause des nuages, pas plus que l'ombre d'un dragon de brume venant lècher les montagnes, ces journées resterons gravées dans nos mémoires comme un grand moment de notre voyage. C'était absolument magnifique.

 

8.jpg
20.jpg
26.jpg
25.jpg
12.jpg
7.jpg
16.jpg
13.jpg
4.jpg
6.jpg
2.jpg
21.jpg
1.jpg
8.jpg
2.jpg
19.jpg
12.jpg
16.jpg
15.jpg
12.jpg
13.jpg
14.jpg
11_edited.jpg
7.jpg
6.jpg
12.jpg
9.jpg
10.jpg
5.jpg
2.jpg
3.jpg
1.jpg
4.jpg
31.jpg
30.jpg
35.jpg
34.jpg
32.jpg
33.jpg
29.jpg
28.jpg
25.jpg
26.jpg
27.jpg
21.jpg
22.jpg
24.jpg
23.jpg
25.jpg
20.jpg
16.jpg
19.jpg
18.jpg
17.jpg
13.jpg
12.jpg
14.jpg
15.jpg
11.jpg
7_edited.jpg
6_edited.jpg
3_edited.jpg
4_edited.jpg
5_edited.jpg
9.jpg
10.jpg
8.jpg
2.jpg

cliquez sur une image pour agrndir et voir les photos en entier

Changement de programme!

Tout a commencé lorsque Mer & voyage (l'agence française qui nous a vendu les billets de cargo et de transatlantique) nous a informé que les autorités Coréennes (du Sud) ont décidé (sûrement un jour ou ils n’avaient rien de mieux à faire) que : à partir de dorénavant, les passagers de cargos pouvaient débarquer en Corée mais plus embarquer. Super, merci le Corée (du Sud) Mer & voyage nous a alors proposé d’embarquer sur le cargo pour le Canada à l’escale d’avant, c’est-à-dire : Shanghai, 2 jours plus tôt. On a tout de suite accepté, même si on ne s’est pas rendu compte tout de suite des conséquences que d’ailleurs nous ignorions à l’époque.

 

On a continué notre voyage peinard, jusqu’au moment où on a cherché des billets de ferry pour la Corée depuis la Chine et ensuite du Japon à la Chine. Le passage entre la Corée et le Japon est très court et ne pose pas de problème.  Pour les billets, pas de problème, on en a trouvé. Mais le problème c'ètait les visas chinois.

 

Nous étions à Macao il y a un mois (le 16 avril) pour refaire nos visas chinois. En surfant sur le net, nous avons appris que les autorités chinoises, un jour ou ils n’avaient sûrement rien de mieux à faire, ont décidé que les ressortissants étrangers ne pouvaient obtenir un visa chinois depuis la Corée (du Sud) et le Japon que s’ils avaient un permis de résident de ces pays. Evidemment, on n’a pas ce document puisque il faut rester 3 mois dans le pays pour l’obtenir. Donc : pas de visas chinois pour nous pour revenir en Chine prendre notre Cargo à Shanghai le 17 juin.

Si on prenait l’avion, on aurait pu prendre un vol depuis le japon jusqu’à Hong Kong pour refaire un visa Chinois. Mais on n’en prend pas !  Donc on doit rester en Chine. La seule solution pour nous était de redescendre en train de Shanghai à Hong Kong  (20 h. de train couchette super classe) puis traversé la Baie jusqu’à Macao (1h. de ferry super faste) pour refaire nos visas chinois que l’on peut obtenir en 24 heures, alors qu’il faut 7 jours à Hong Kong.

 

Ensuite : nouveau programmes, après Wuzhen on est donc passé à la Montagne Jaune avant de retourner à Shanghai.

 

Après Macao on part pour la plus grande ville du Monde, Chongqing (ce n’est pas tout à fait vrai on vous expliquera pourquoi quand on sera là-bas) 30 millions d’habitants !! et là on s’offre une croisière sur le Yang Tsé (vous avez vu le film la canonnière du Yang Tsé avec Steve Mc Quin ? super film qui a marqué mon enfance et mon imagination) On visitera entre autre le fameux barrage des 3 gorges qui doit être le plus grand du monde et qui nécessita le déplacement de millions de personnes (en rapport à la plus grande ville du monde, Chongqing)

Après la croisière de 4 jours, on repart en train jusqu’à Shanghai et on visite quelques villages aux alentours en attendant notre cargo.

Voilà donc un peu le programme. Tant pis pour le Japon et la Corée et vive la Chine. On commence à bien connaître ce pays, en tout on devrait y rester 4 mois.

 

Vu que nous sommes à Macao, nous allons faire une petite pose au niveau du site jusqu’ au 24 mai. On ne va pas vous refaire ce que l’on a déjà fait. Vous n’avez qu’à  profiter de cette pose pour retourner voir des anciennes destinations. On vous avoue que parfois (surtout moi, Pascale un peu moins) on n’a de la peine à suivre et on ne sait plus où on est : Guangzhou,  Hangzhou, Yangzhou, Chengde,   Chengdu, Wuzhou, Suzhou, Wuzhen, etc., etc.,  il y a largement de quoi se perdre.

 

En attendant la croisière portez-vous bien et à bientôt pour de nouvelles aventures.

Croisière sur le Yangtsé

Troisième plus grand fleuve du monde, le Yang Tsé traverse la Chine par le centre du Tibet à Shanghai. Depuis 2010 il abrite le plus grand barrage du monde à Yshang. Ce barrage de 2300 m de long pour 175 de haut a nécessité le déplacement de millions de personnes, pour la plus part des paysans. Les villes ont été reconstruites en hauteurs, quelques temples et pagodes déplacées, mais la plus part du temps noyés lors de la montée du fleuve. C'est la ville de Chongqing qui a récupéré la plupart des habitants déplacés. Elle compte aujourd'hui 30 millions d'habitants, ce qui en fait une des plus grande ville du monde. Les paysans se sont retrouvés placés dans des tours de 40 étages. Nous avons débutés la croisière de la ville de Chongqing. Cette ville nous a donné l'impression d'être un gigantesque chantier. Les tours poussent comme des champignons et les vieux quartiers sont irrémédiablement rasés. C'est un sentiment d'anarchie totale qui prédomine. Le fleuve étant très bas, nous avons dû faire 2 heures de bus pour arriver au bateau. On voit nettement sur les photos la ligne de hauteur maximale de 175 mètres du barrage, qui était à plus de 20 mètres au-dessus de nos têtes lors de la croisière. Le barrage ne nous a pas laissé l'impression de gigantisme que nous attendions. Il est situé dans une grande plaine et au-dessus de lui il n'y a pas de lac proprement dit, mais plutôt un grand fleuve 150 mètres plus haut qui a noyé les vallées sur des kilomètres. Franchement, être au pied du barrage de la Grande Dixence est beaucoup plus impressionnant que d’être devant ce barrage des trois gorges. Tout cela pour produire le 3 % de l'énergie électrique chinoise. A nouveau, c'est une question de prestige, on aurait pû construire ici plusieurs barrages plus petits limitant les dégats, mais on aurait pas construit le plus grand barrage du monde..... il reste que nous avons passé trois jours formidables sur un fleuve mythyque

 

 

 

 

 

2.jpg
2.jpg

1.jpg
1.jpg

52.jpg
52.jpg

2.jpg
2.jpg

1/41

Retour à Shanghai

cliquez sur une image pour agrndir et voir les photos en entier

Aujourd'hui 30 mai, nous sommes depuis 2 jours à Shanghai. Nous avons avallé les 1200 km depuis Yishang en train et en 8 heures avec des pointes de 250 km/h.

 

Nous restons ici jusuq'au 7 juin et nous partons pour Suzhou à 50 minutes de train rapide de Shanghai. Nous resterons 7 jours là-bas avant de revenir à Shanghai pour préparer la traversée du Pacific qui débute le 17 juin.

 

On avoue commencer à ce réjouir de quitter la Chine. On aspire à passer des journées tranquilles et à visiter cette ville que nous aimons beaucoup.

 

Hier, nous avons manger avec notre amis chinois qui vit en Suisse Liang. Il a accompagné un couple de touristes helvetiques pendant 15 jours en Chine. La surprise du jour a été le cadeau qu'il m'a ramené: une bouteille de Willamine Morrens !! J'ai apprécié et ce fût un grand plaisir de trinquer avec Liang et Pascale.

 

Suzhou.

Situé a environ 150 km de Shanghai, Suzhou est une petite ville de 2 milions d'habitants (si j'ose dire). Nous y sommes arrivés par le TGV en 35 minutes avec des pointes à plus de 300 km/h. La Chine n'est plus ce qu'elle était et l'image que vous vous en faites est à mettre au placard. On découvre cette charmante ville qui malgré le fait qu'elle a été détruite en grande partie pendant la révolution culturelle, reste très agréable. Elle est réputée pour abriter les plus beaux jardins de Chines. En attendant les jardins, voici quelques images de la ville.

10.jpg
10.jpg

12.jpg
12.jpg

1.jpg
1.jpg

10.jpg
10.jpg

1/22

Les plus beaux jardins de Chine

 

Il y en a huit disséminés dans la ville. Ils ont des noms évocateurs dont les chinois ont le secret et qui, nous autres occidentaux, nous laissent songeurs : Le jardin de la politique des simples, le jardin de la forêt du Lion Le jardin du couple retraité, le jardin du maître des filets, le jardin du pavillon des vagues, le jardin de l’harmonie, le jardin de la Montagne étreinte de beauté, le jardin attardez-vous, le jardin de la culture.

 

Ces jardins ont été réalisés entre le 9ème et le 16 ème siècle. Si cette ville abrite autant de jardins, c’est en raison de la soie qui en fit sa richesse.

Voici donc ces jardins au fur et à mesure de nos visites.

.

53.jpg
53.jpg

54.jpg
54.jpg

6.jpg
6.jpg

53.jpg
53.jpg

1/37

Le continent américain se pointe à l’horizon…..

 

Si nous sommes à Suzhou et visitons des parcs magnifiques, une partie de nous est déjà au Canada et dans l’ouest américain. Nous sommes en train de préparer et réserver notre périple sur le nouveau continent.

Cela n’a pas été simple, au début nous avions décidé de nous laisser porter et de demander des offres à des agences spécialisées. Peut-être qu’après 9 mois de voyage, notre capacité à réserver des hôtels, organiser des transports ou des visites c’est un peu émoussée.

 

Une 1ère agence nous a dit qu’il était trop tard pour faire les parcs de l’ouest américain, que tout était complet depuis belle lurette et qu’il était préférable de rester au Canada et visiter les rocheuses et la Colombie Britannique.  Une autre nous organisait le parcours que nous demandions, c’est-à-dire l’Ouest Américain, San Francisco, les principaux parcs et la traversée des USA jusqu’à Montréal.

 

Heureusement pour nous, nous nous sommes renseignés sur le net de la réputation de ces agences. On s’est vite aperçu que celle qui nous menait aux USA n’était pas sérieuse et que celle qui nous dirigeait sur le Canada nous menait en bateau. Lors de notre croisière sur le Yangsé, nous avons croisé des américains qui nous ont affirmé que si effectivement les parcs étaient très prisés en été et que des millions de visiteurs les parcouraient, les infrastructures pour accueillir les visiteurs étaient également très importantes. Autre info auprès de notre amie Ari qui avait fait les parcs il y a quelques années et qui pensait que cela était tout à fait jouable.

 

On s’est dit. Pourquoi prendre le risque de laisser un autre choisir nos hôtels et nos voitures de locations alors qu’en l’organisant nous-même on allait économiser pas mal d’argent et surtout faire exactement ce que l’on a envie. Au final nous sommes en train d’organiser un programme qui assemble les 2 devis que l’on nous a soumis, à savoir :

 

Arrivée le 1er juillet à Prince Rupert en Colombie Britannique en cargo. Descente 3 jours après en ferry jusqu’à Port Hardy sur l’ile de Vancouver. Visite de l’ile de Vancouver et de ses parcs en voiture de location. Visite de Vancouver, descente en voiture en 3 jours jusqu’à San Francisco, 5 jours à San Francisco, visite de Yosémite parc, Mammoth Lake parc, Dead vallée, Las Vegas, Grand Canyon, Monument vallée, Arche national parc, Yellowstone, remontée jusqu’à Calgary au Canada en Alberta, visite des Rocheuses avec 5 jours à Banff et 5 jours à Jasper où nous prendrons finalement le train transcanadien  jusqu’à Montréal, soit près de 4000 km et 3 jours de voyage. Arrivée à Montréal prévue le 23 août, soit après  plus de 40 jours de voyage et plus de 10'000 km.

 

Ouf : Ca fou un peu le vertige !! Ça risque d’être super et on va voir du pays, ça tombe bien, c’est ce qu’on aime….. Donc on attend plus qu’une chose être sur le cargo Hanjin Geneva à Shanghai le 17 juin et traverser le Pacific en 14 jours sur notre navire de 278 m de long et 40 de large !! Vous pourrez nous suivre sur les sites que nous allons vous communiquer. L'un d'entre eux donne la position du navires en temps réel, et l' autre, est le site de voyageurs qui ont fait cette traversée sur ce bateau, mais dans l’autre sens, en 2013. Ce site donne une bonne idée de la vie à bord d'un cargo.Pour le reste se sera silence radio et à part peut-être quelques mails par la messagerie du navire, nous n’aurons pas de connexions.

pour voir la position du navire, le temps, les températures de l'eau et de l'air, la hauteur des vagues, l'âge du capitaine, etc. cliquez sur le bouton ci-dessus

 

 

 

pour partager l'expériance d'un couple qui a traverser le Pacific sur le Handjin Geneva des USA en Chine en 2013 cliquez sur le bouton ci-dessous

dernière info: le bateau a 24h de retard, on part le 19 à 3h du matin

Impressions chinoises

 

Après près de 4 mois en Chine, voici nos impressions, nos coups de cœurs et nos aversions pour ce pays.

 

On a adoré

 

Les paysages merveilleux, les bouddhas, les temples, les enfants, la culture, les gens qui viennent spontanément vous aider, les chiffres arabes utilisés partout et surtout dans les gares sans lesquels on serait perdu. La nourriture. La sécurité partout et à tout moment (sauf sur les routes). Voyager en train de nuit. Les gens souvent très aimables qui vous saluent. Les métros. 

 

On a détesté

 

Les crachats, partout, dans les bus, les restos, la rue. C'est plus flagrand au nord et à l'est et il semble que les choses sont en train de changer. Se faire passer devant par 10 personnes alors qu’on attend tranquillement son tour. Le comportement des voitures et scooters qui vous foncent dessus sans la moindre hésitation, qui roulent à contre sens, qui ne respectent pas les feux et passent au rouge en vous klaxonnant à tout va. les scooters qui roulent sur les trotoirs en vous claxonnant comme si vous n'aviez rien à foutre ici. Le côté chacun pour soi, les gens qui ne vous laissent pas sortir d’un métro, d’un train ou d’un ascenseur et qui se précipitent en vous bloquant à l’intérieur. Les touristes chinois agglutinés en groupe derrière un guide qui hurle ses infos dans un haut-parleur avec l’écho à fond. Les commerçants qui vous vendent n’importe quoi et vous trompent sur la marchandise.  Se faire presque systématiquement avoir sur les prix.

 

En conclusion, on aimait la Chine avant d'y venir, on aime toujours en la quittant. Les choses vont tellement vites  ici qu'on se demande où vont se retrouver les chinois dans quelques temps.

 

 

Rendez-vous au Canada vers le 1er juillet