La 1ère chose que je vois est un hélicopter militaire qui survole lentement la rivière qui sépare les 2 pays.  Nous roulons au pas et un peu plus loin, les 1er miradors apparaissent, puis les 1ères casquettes militaires, puis les fusils, tout est vieux, triste et délabré. les casernes militaires se succèdent, tout ce petit monde à l'air très occupé. Enfin, on s'arrête........je commence à me demander ce que je suis venu faire ici....

 

  Ensuite les camarades militaires douniers montent dans le train, autant d'hommes que de femmes. Une douanières avec casquette  galons et uniforme tiré à quatre épingles, entre dans notre compartiment, nous demande nos passeports et de nous lever. Elle lève ensuite les sièges et regarde si il y a quelque chose dans l'espace dessous: ouf, il n'y a rien, on se rassoit. Elle ouvre le passeport de Pascale et lui demande de la regarder en face. Elle pose son regard sur le passeport, puis sur Pascale, puis sur le passeport, puis de nouveau sur Pascale et encore sur le passeport: Il semble que c'est bien le bon visage qui est sur le passeport, elle le garde et me demande le mien en me regardant droit dans les yeux. Je sens une goutte de sueur descendre le long de mes tempes et un frisson glacé me traverser le corps ( c'est pas vrai c'est juste pour l'ambiance, en fait je trouvais ça aussi marrant que ridicule). On recommence l'opération passeport, photo, visage, trois ou quatres fois, puis elle garde mon passeport et nous tend à chacun un petit formulaire d'immigration à remplir 2 fois et s'en va au pas de charge avec les passeports.

 

On commence à remplir les formulaires jusqu'aux  questions  no du passeport et no du visa ! merde me dis-je, elle est partie avec les passeports. Je regarde le militaire douanier qui est devant la porte et à mon air de celui qui ne sait pas son no de passeport par coeur, il sourit et me dit en russe (je suppose) camarde touriste pas savoir no de passeport et no de visa, ça pas grave Boljemoil!!, passeport bientôt revenir avec tampon officiel d'entrée dans grande patrie Bielorusse.

 

En effet, après quelques minutes, une grosse cheffe bourrée de galons nous rend nos passeports d'un regard menaçant. Nous inscrivons aussitôt les no demandés et donnons les formulaires à un troisième comparse,caché derrière le grosse cheffe qui le déchire en deux et nous tend la moitié.

 

 Tout ce petit monde descend du train et s'éloigne rapidement au pas de l'oie. On peut continuer l'avanture avec l' opération essieux.

 

 

Opération essieux:

Arrivée à Brest, ville frontière entre le Pologne et la  Bielorussie: le rideau de fer existe encore, nous le traversons.

la Russie

Pensée: les voyages seraient tellement ennuyeux si tous les trains avaient le même écartement de roues

Après les casquettes, les essieux. On roule quelques centaines de mètres, nous nous retrouvons entourés de milliers d'essieux. Pour vous changer les idées et détendre l'atmosphère, voici un petit diaporama où vous saurez tout sur la façon de changer les essieux d'un train en 1 heure avec les passagers à l'intérieur:

IMG_1359.JPG
IMG_1359.JPG

IMG_1365.JPG
IMG_1365.JPG

IMG_1385.JPG
IMG_1385.JPG

IMG_1359.JPG
IMG_1359.JPG

1/12

cliquez sur l'image pour agrandir le diaporama

diaporama tout savoir sur le changement d'essieux

Moscou

 Nous nous attendions à arriver dans une ville grise, terne ou l'on mange que des cornichons et du chou. Nous nous retrouvons dans une ville moderne, pleine d'histoire, colorée, ouverte et jeune. On y trouve presque tout. Mais il est tard et demain 21 séptembre nous prenons le transsiberien pour 4jours et 4 fuseaux horaires. Nous n'aurons pas de réseau, donc pas de nouvelles. Voici en attendant mieux, quelques images de cette ville......

    

JProchaine étape: Irkoutsk...

Le Transsibérien

75 heures dans le train mitique qui traverse la Russie de Moscou à Vladivostok sur plus de 7000 km. Nous en avons fait environ la moitié jusqu'à Irkoutsk. Ensuite nous prendrons le trans.Mongolien pour Oulan-Bator puis Pékin. Voici quelques photos choisies de ce super voyage.

IMG_3095.JPG
IMG_3095.JPG

IMG_2982.JPG
IMG_2982.JPG

IMG_2991.JPG
IMG_2991.JPG

IMG_3095.JPG
IMG_3095.JPG

1/26

cliquez sur l'image pour agrandir le diporama

diaporama transsibérien

Le Décalage horaire

 

Dans le transsiberien, nous avons gouté aux joies du décalage horaire. Nous naviguions, si j’ose dire, entre trois heures différentes : l’heure en Suisse à laquelle nous correspondons avec Dom et le travail (par exemple au moment où j’écris ces mots 14h30), l’heure du train qui est d’un bout à l’autre du trajet celle de Moscou 16h30 et l’heure de l’endroit où nous nous trouvons actuellement après 2 jours de voyage, c’est-à-dire la ville de Marininsk : 19h30.

 On perd un peu moins de 2 heures par jour de voyage et je vous assure que c’est déboussolant et assez marrant vu que nous n’avons  rien d’autre à faire et surtout le temps de compenser. Donc actuellement, il est 16h 30 dans le train et c’est la fin du crépuscule. On va souper vers 19h alors qu’au dehors il sera 22h, demain nous nous lèverons vers 9h et comme nous aurons perdu encore 1heure, il sera 14h à l’extérieur.

Comme dit plus haut, le train garde l’heure de Moscou. Mais pas seulement le train, les gares que nous traversons également. La photo ci-dessous illustre cela, il est 19h49 à Marininsk ,il fait nuit noire, mais l’horloge de la gare indique 16h49.Le train-train quotidien, toujours si j’ose dire…. Demain, nous serons à Irkoutsk et le temps va arrêter de s’emballer et reprendre son court normal, mais seulement pour quelques jours, car après Irkoutsk, nous allons plonger ( si j’ose encore dire, au risque de lasser) sud-ouest et  donc perdre une heure à Oulan-Bator en Mongolie. J’arrête mes histoires ici, je n’ai plus le temps….qui est donc bien relatif.

Aujourd’hui, 24 septembre, nous avons commencé à compenser le décalage en se levant très tôt, c’est-à-dire à 9h30 heure locale, 5h30 heure du train. Pendant le petit déjeuner je regarde mon téléphone, qui se met automatiquement à l’heure, et je constate que nous avons à nouveau prit une heure. Nous avons maintenant 7h d’avance sur la Suisse. Il est midi Montpreveyres s’éveille…..

Irkoutsk

Petite ville de 600'000 habitants (hem! hem! tout est relatif) Irkoutsk, capitale de la Sibérie occidentale nous a séduit. Il faut dire que nous avons passé la journée pour la visiter au soleil et avec 19 '. Les maisons typiques et anciennes sont en bois et ont la particularité  de ne pas avoir de fondation et de s'enfoncer petit à petit et irrégulièrement dans le sol. C est la ville où furent déportés les décembristes, qui 13 ans après la campgne de russie de Napoléon , ont tenté de renverser le tsar de Russie. Ils n'y sont pas arrivés par faute de communication avec le peuple et parce que Nicolas 1er ayant repoussé les français hors de Russie était très aimé par son peuple.

IMG_3311.JPG
IMG_3311.JPG

IMG_3303.JPG
IMG_3303.JPG

IMG_3282.JPG
IMG_3282.JPG

IMG_3311.JPG
IMG_3311.JPG

1/12

Anna, notre guide devenue notre amie.

L'ile d'Olkone

Située sur le lac Baikal, l'ile d'Olkone nous a acceuilli dans son écrain d'automne, nous offrant des paysages magnifiques. Olkon est l'ile des Schamans. Cette religion très ancienne y est omniprésente  et la vie des habitants se déroule au rytme des rites chamanistes. Pas question de prendre sa voiture sans lancer une pièce sur un hôtel prévu à cet effet pour s'attirer les bonnes grâces des esprits, car le schamanisme n'a pas de dieux et les Schamans, sortes de "prètres" sont là pour faire le lien entre les hommes et les esprits.

 

Autre élément important dans la vie de l'ile est sans doute l'absence de routes goudronnées. Nous l'avons parcourus sur des pistes parfois, souvant même, à la limite du praticable. J'en connais certains en Suisse qui auraient donné cher pour parcourir les pistes d'Olkone avec leur 4x4.....

 

Nous sommes restés 3 jours dans le village de Koujir, sorte de capitale d'un territoire de 80 km sur 30 qui compte env.1500 habitants.

 

IMG_3716.JPG
IMG_3716.JPG

IMG_3967.JPG
IMG_3967.JPG

IMG_3347.JPG
IMG_3347.JPG

IMG_3716.JPG
IMG_3716.JPG

1/23